CPCP Centre Permanent
pour la Citoyenneté et la Participation

ASBL d’Éducation Permanente reconnue par la Fédération Wallonie-Bruxelles

 
Vous êtes ici : Accueil PEPS

Publications : Études et Prospectives

333 Publications
  • Analyses
    don_organes-cover

    La transplantation d’organes peut être considérée comme la plus grande avancée thérapeutique de la fin du XXe siècle. Mais sauver ou améliorer la vie d’un greffé à l’aide de l’organe d’un autre implique des questions éthiques, entre le bénéfice évident pour le receveur et les représentations d’une société sur la « bonne mort » et le statut du corps. Certains mettent ainsi en évidence l’existence d’une logique de « productivisation » de la mort, devenue une ressource dont il faudrait optimiser l’usage. Toutefois, nous verrons que si le prélèvement d’organes est considéré comme un véritable don consentant par le défunt, la démarche prend un sens qui dépasse la dimension utilitaire. Le don d’organes choisi et assumé, par exemple à travers une déclaration systématique de la volonté de chacun à l’administration communale, peut alors devenir medium de relations.

    juillet 2017
    Auteur(s) : Dounia Tadli
  • extreme_droite-cover.jpg

    Le 21 avril 2002, Jean-Marie Le Pen accédait au second tour de l’élection présidentielle, provoquant un séisme politique sans précédent. Le soir même du premier tour, des centaines de milliers de Français descendirent dans la rue pour manifester leur désarroi et dire « non » au FN. Ce 23 avril 2017, l’expérience s’est renouvelée. Mais cette année, point de choc, peu de rassemblements : la présence de Marine Le Pen au second tour était prédite depuis des mois par les instituts de sondage.
    Le constat est amer. En quinze ans, un tabou est tombé : le vote FN s’est banalisé et a cessé d’être un « vote honteux ». Ce phénomène met en évidence une série de changements sociétaux. Cette analyse de Marie-Sarah Delefosse s’efforce de montrer en quoi la montée du FN en France (et en Europe) est un des signes de ce changement de réalité sociale.

    mai 2017
    Auteur(s) : Marie-Sarah Delefosse
  • Études
    etable_table_etude-cover

    En raison de l’industrialisation agro-alimentaire et de la « modernisation » de l’agriculture, les mangeurs trouvent aujourd’hui dans leurs assiettes des aliments dont l’histoire leur échappe. L’exemple de la viande est particulièrement révélateur quant à ces processus de mise à distance. L’analyse des pratiques et représentations autour de cet aliment permet en effet d’aborder des questions aussi essentielles que la mise à mort des bêtes, les épizooties, l’évolution du statut des animaux dans nos sociétés, les « croisades alimentaires » ou les préoccupations environnementales. À travers l’étude de ces différents aspects, nous nous interrogerons avec le lecteur : détacher les aliments de leur contexte de production, à l’instar de notre confortable ignorance de l’animal dans la viande, permet-il de réaliser des choix de consommation conscients ?

    mai 2017
    Auteur(s) : Dounia Tadli
  • abattage_rituel-cover.jpg

    Après avoir montré que l’abattage rituel est intégralement soluble dans la logique, nihiliste, de la production industrielle de viande, ce bref texte plaide pour la réinvention d’un tout autre type de mise à mort rituelle de l’animal, qui entrerait en contradiction avec cette logique. Ce rituel sacrificiel d’un autre type pourrait et devrait devenir la conclusion d’une vie de sens partagée avec l’animal, à la condition que l’homme et l’animal, dès cette vie même, se soient consacrés à augmenter autant que faire se peut les conditions de leur autonomie par rapport aux exigences du monde industriel et de l’économie de marché. Tel serait le problème politique auquel nous mène la critique du traitement médiatique du thème de l’abattage rituel, traitement dont l’unique effet, navrant, est d’exciter la haine dont la figure du musulman est aujourd’hui largement l’objet.

    avril 2017
    Auteur(s) : Thomas Bolmain
  • Analyses
    brexit_les_enjeux-cover.jpg

    Ce 24 juin 2016, le réveil fut difficile pour bon nombre d’européens… Dans la nuit, on a apprenait que les Britanniques avait fait le choix de quitter l’Union européenne ! Le Brexit, souvent fantasmé, devenait réalité. Cette décision, inédite dans l’histoire de la construction européenne, amène son lot d’interrogations quant au processus et aux conséquences qu’auront cet évènement.
    Cette analyse met en lumière, dans un premier temps, l’impact immédiat aux niveaux politique et économique du Brexit au Royaume-Uni. Elle dessine ensuite les conséquences économiques et politiques qu’il pourrait avoir à plus long terme. En guise de conclusion, une réflexion propose de penser l’Europe que nous voulons demain.

    avril 2017
    Auteur(s) : Marie-Sarah Delefosse
  • Analyses
    brexit_1-cover

    "En accord avec le souhait du peuple britannique, le Royaume-Uni quitte l’Union européenne. C’est un moment historique." Ce sont sur ces mots que Theresa May a annoncé, le 29 mars dernier, avoir déclenché le Brexit. Un moment historique qui fait suite au référendum du 23 juin, lors duquel 51,9 % des électeurs britanniques s’étaient prononcés en faveur du Leave.
    La victoire des europhobes lors du référendum sur le Brexit a provoqué une véritable onde de choc outre-manche et en Europe. Une question vient à tous les esprits : comment en est-on arrivé là ?
    Depuis son adhésion, tardive, à la Communauté économique européenne (CEE), le Royaume-Uni a adopté une attitude ambigüe envers l’intégration européenne, entre méfiance ancestrale et pragmatisme de circonstance. À l’arrivée, force est de constater que les Britanniques ne font partie ni de la zone euro, ni de l’espace Schengen, deux réalisations emblématiques — quoique controversées — de l’Europe contemporaine. Le Royaume-Uni tient une place à part dans l’Union. Lieu commun ou réalité ? Comment l’expliquer ? Coup d’œil sur les raisons, proches ou lointaines, pour lesquelles l’un des principaux États membres de l’Union a décidé aujourd’hui de quitter le navire.

    avril 2017
    Auteur(s) : Jean-François Boulet et Marie-Sarah Delefosse
  • Analyses
    maillage_bleu-cover

    Les cours d’eau qui irriguent le territoire de la région bruxelloise ont longtemps été soustraits aux yeux des passants. L’enfouissement de la Senne est à cet égard symptomatique des politiques de l’eau longtemps menées dans notre capitale. Inondations, pollution, îlots de chaleur… les relations peuvent être tumultueuses au sein de la Capitale. Toutefois, il semblerait que les problèmes d’aujourd’hui pourraient être des opportunités de demain. Démonstration de résilience, Bruxelles adapte son réseau hydrographique pour faire éclore un maillage bleu.
    Mots clés 

    mars 2017
    Auteur(s) : Naomi Berger
  • Analyses
    moteurs-recherche-alternatifs-cover

    Les recherches sur Internet ont aussi une empreinte écologique ! Face à cette réalité, des moteurs de recherche alternatifs ont vu le jour et proposent de « compenser » ces recherches par la plantation d’arbres ou par la contribution à des projets concrets. Nous explorerons les avantages et désavantages de ces projets.
    Par ailleurs, une autre facette encore trop souvent méconnue des moteurs de recherche tels que Google est de mettre à mal notre vie privée. Pourtant, là aussi, des alternatives existent.
    Vous êtes tentés par la démarche de consommation durable ? Alors n’hésitez pas à prendre quelques minutes pour découvrir ces alternatives.

    mars 2017
    Auteur(s) : Anne-Catherine Remacle
  • Études
    jeunes_medias_sociaux-cover.jpg

    Générations Y, Z, 2.0 ou 3.0, techno-bambins… Nous vivons actuellement dans une société en pleine mutation où l’univers du numérique prend une place centrale. Ces changements alimentent une fracture générationnelle entre enfants, adolescents, jeunes adultes ayant toujours vécu avec Internet et les générations précédentes, qui ont vu se développer l’Internet, les outils numériques et la vie hyperconnectée. Ce gap se traduit notamment par l’expression des nombreuses craintes liées à l’utilisation intensive d’Internet et plus particulièrement des réseaux sociaux. Dans une émission consacrée à la Génération 3.0, une journaliste résumait cette fracture ainsi : « Ce qui me frappe dans les discours qu’on peut avoir sur les jeunes, c’est ce que Michel Boson disait toujours : " on dit qu’on a peur pour les jeunes, mais on a peur des jeunes. " Ils ont accès à un monde qui n’est pas le nôtre, je pense qu’on les envie beaucoup aussi parce qu’ils ont une jeunesse qui n’est plus la nôtre… Et donc c’est le lieu de tous les fantasmes, de toutes les craintes et on y met nos empêchements à nous. »
    Qu’en est-il donc réellement ? Internet et les réseaux sociaux sont-ils le lieu de tous les dangers ? Ou au contraire une opportunité d’offrir au plus grand nombre un accès à la culture et la connaissance, et une ouverture sur le monde ? Pour apporter une réponse à ce questionnement, nous remettrons en contexte l’utilisation actuelle d’Internet par les jeunes générations. Nous aborderons ensuite la question de l’impact de ces réseaux sur la vie quotidienne. Enfin, nous nous interrogerons sur les enjeux liés à l’utilisation de ces réseaux pour la société de demain.

    décembre 2016
    Auteur(s) : Marie-Sarah Delefosse
  • Études
    enseignement_immersion-cover

    L’enseignement en immersion connait un essor considérable en Fédération Wallonie-Bruxelles. Il est toutefois légitime de se poser un certain nombre de questions, tout d’abord dans le chef des parents qui ont certaines interrogations et certaines craintes : que peut-on attendre de l’immersion ? Rendra-t-elle mon enfant bilingue ? Ne portera-t-elle pas préjudice à sa langue maternelle, ni à son apprentissage dans les autres matières ? Dans cette publication, nous verrons comment fonctionne l’enseignement en immersion en Communauté française, et en quoi il est différent d’autres choix tels que la submersion. Nous évoquerons également le mythe du bilingue parfait que nous essayerons de déconstruire, ainsi que les autres clichés concernant l’immersion. Nous passerons en revue les avantages relatifs à ce type d’enseignement, les conditions de réussite mais aussi les points d’attention. De cette manière, nous espérons éclairer les parents qui souhaitent poser un choix pour leur enfant en toute connaissance de cause.

    décembre 2016
    Auteur(s) : Elise Ottaviani
  • Études
    gratuite-ens-cover.jpg

    La question de la gratuité de l’enseignement obligatoire est ancienne et fait régulièrement l’objet de polémiques. À chaque rentrée scolaire, les coûts scolaires refont surface.
    Un coup d’œil dans le rétroviseur, nous permet de comprendre que cette question est intimement liée à la liberté d’enseignement et aux revendications de l’égalité des réseaux d’enseignement. Au fil des réformes, le subventionnement des écoles (publiques et privées) s’est progressivement consolidé.
    L’accès à l’enseignement obligatoire est aujourd’hui gratuit. Toutefois, ceci n’induit pas pour autant que les familles ne doivent plus prendre en charge certains frais scolaires. Dès lors, pour éviter les abus, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a dû prendre certaines dispositions pour les encadrer et les contrôler. Pour certains observateurs, leur persistance pose cependant une série de problèmes qui ne pourront s’effacer qu’à condition d’offrir une scolarité entièrement gratuite. Pour l’heure, il apparaît – notamment sur la base des travaux des participants au « Pacte d’excellence » – que le gouvernement entend voir la charge scolaire diminuer progressivement pour les familles.

    décembre 2016
    Auteur(s) : Dimitri Greimers
  • Analyses
    ceta-cover.jpg

    Pendant deux semaines, la Wallonie a dit non au CETA, attirant ainsi sur elle tous les projecteurs. Au-delà du refus du contenu de certaines parties de l’accord, cette crise a également mis en lumière les carences démocratiques du processus de négociation de ce genre de traités. Opacité chronique, poids des lobbies, pressions et ultimatums, ça suffit ! Le citoyen en a assez de ne pas être entendu ou d’être éconduit. Et si l’avenir nous montrait qu’il y aura un avant et un après « CETA » dans la façon de négocier les grands traités internationaux ?

    décembre 2016
    Auteur(s) : Michel Dejong
  • Analyses
    citoyennete-cover.jpg

    Les médias parlent de plus en plus d’initiatives citoyennes, d’un réveil citoyen, etc. La citoyenneté est partout mais de quoi parle-t-on exactement ? Chacun y va de sa définition quand il s’agit de ce terme. En effet, la citoyenneté renvoie à de multiples acceptions : citoyenneté civile, participative, européenne, mondiale, etc. Nous allons donc faire un petit tour des différentes significations de la citoyenneté et de comment cette « matière » est enseignée aujourd’hui dans nos écoles.

    décembre 2016
    Auteur(s) : Anne-Catherine Remacle
  • Analyses
    defis-urbains-cover.jpg

    Plongés dans une période d’incertitude où le rythme s’accélère, où les frontières s’estompent, tandis que le sens du « chez-soi » s’affaiblit, les individus doivent réinventer une manière de faire la ville. Construire et dessiner la cité est un enjeu essentiel. Deux tendances récentes deviennent incontournables : le développement durable et l'individualisation. Comment faire de l’urbain sans dégrader notre habitat premier ? Face à l’individualisation, comment recréer du lien social dans un contexte de proximité forcée ? Tour d'horizon de ce qui se fait déjà, ici et ailleurs.

    décembre 2016
    Auteur(s) : Naomi Berger
  • Analyses
    econmie_collaborative_2016_cover

    L’économie collaborative sonnerait-elle le glas du salariat ? Certains économistes le pensent vu l’ampleur du phénomène : à terme tous les secteurs devraient être touchés par l’ubérisation. Cette récente organisation démembrée du travail offre pourtant des opportunités non négligeables pour le marché du travail à condition d’adapter les règles en vigueur. En effet, pour éviter que la jungle ne s’installe sur le marché du travail, il faudra réguler habilement la pratique de l’économie collaborative en vue d’assurer une concurrence loyale entre acteurs de tout bord. Et, plus important encore, en vue de garantir plus de sécurité aux consommateurs et aux travailleurs « collaboratifs ».

    décembre 2016
    Auteur(s) : Géraldine Courtois
  • Analyses
    optimisation_fiscale-cover.jpg

    Mettre la main au portefeuille au profit de l’État ? Sans façon, merci. Contribution pourtant indispensable afin de faire tourner l’État et les services publics, elle est devenue incontournable. À moins que… Parallèlement au développement du droit fiscal, le législateur belge a laissé une porte ouverte : la voie la moins imposée. L’optimisation fiscale est l’art de s’en servir efficacement. Mais ce n’est pas sans risque.

    décembre 2016
    Auteur(s) : Naomi Berger
  • Analyses
    street_art-cover.jpg

    Les villes regorgent aujourd’hui d’expressions artistiques. Tags, stickers et mosaïques pullulent dans nos rues. En réalité, nous croisons chaque jour des réalisations de street art. Ce mouvement nous plonge dans la sous-culture, dans l’underground. Il s’agit d’un art qui a « quelque chose à dire ». Qui dénonce. Qui parodie. Qui tourne en dérision. Qui dérange par son côté rebelle.
    Dernièrement, le pénis de Saint-Gilles a largement fait parler de lui. Son côté irrévérencieux a choqué certains, amusé les autres. Le bourdonnement du public a, sans doute, dépassé les attentes de son auteur. Mais au-delà du buzz, cet épisode rappelle que le street art dans sa version pure ne se négocie pas. Il s’impose à la rue comme il l’a fait à ses prémices, dès les années 1970, avec le graffiti. Aujourd’hui, les techniques, formes d’expression et collaborations en matière de street art se multiplient à mesure de son succès. Un véritablement boom qui risque cependant de lui faire perdre la tête…

    décembre 2016
    Auteur(s) : Dimitri Greimers
  • Analyses
    arsouye-cover

    Parmi ses priorités d’action liées à la thématique Lieux de vie, le CPCP s’attache à la dynamisation des quartiers. Pour cette raison, l’association investit dans un projet namurois intitulé Journal de l’Arsouye. Édité par le Cinex pour être diffusé auprès des habitants du quartier, ce journal est écrit par des habitants de Saint-Nicolas, une des sous-entités de la ville de Namur où règne, peut-être plus qu’ailleurs, une mixité sociale, interculturelle et intergénérationnelle.
    La réalisation de ce journal constitue un premier pas vers l’émancipation, qui se construit par la capacité à s’affirmer. Au fil des ans, Le Journal de l’Arsouye a acquis une certaine crédibilité, non seulement auprès des habitants du quartier Saint Nicolas, mais aussi à l’extérieur du quartier.

    décembre 2016
    Auteur(s) : Carine Marcus
  • Analyses
    a_quoi_sert_ecole-cover

    À quoi sert l’école ? Derrière cette question peuvent se cacher des manières étonnement variées d’appréhender les missions de l’école. Répondre à cette question équivaut à comprendre son évolution à travers le temps, à appréhender la diversité de l’offre scolaire…
    Se questionner sur ce « à quoi sert l’école » souligne également les manquements de l’école. La démocratisation de l’enseignement a-t-elle produit la réussite de tous ? Réfléchir sur l’école, c’est enfin élargir notre horizon et envisager d’autres possibles.

    décembre 2016
    Auteur(s) : Sandra Murru
  • Analyses
    capteurs_logement-cover.jpg

    L’objet de cette analyse est de faire le point sur les tenants et aboutissants de la nouvelle fonction de « capteur de logement ». Qu’est ce que c’est ? D’où ça vient ? Pourquoi et avec qui ? Est-ce efficace ? Quels sont les résultats ? Quels sont les freins et difficultés ? Quelles sont les perspectives de développement ? Nous souhaitons insister sur le caractère novateur de ce projet pilote et sa complémentarité avec les autres politiques de lutte contre la crise du logement.

    décembre 2016
    Auteur(s) : Evelyne Lotte
  • Analyses
    cop22-cover.jpg

    En 2015, le déroulement de la COP21 avait eu un retentissement planétaire avec la signature de l’Accord, déjà historique, de Paris. Un an plus tard, s’est déroulée la COP22 à Marrakech qui avait pour but d’aider la mise en place effective de cet accord. Entre les deux, quels ont été les résultats concrets de cet accord ? De plus, à l’heure actuelle, est-ce que la COP22 a répondu aux premiers questionnements post Accord de Paris ? Cette publication propose un résumé face à ces interrogations légitimes avec en toile de fond une agitation internationale suite à l’élection de Donald Trump.

    décembre 2016
    Auteur(s) : Anne-Catherine Remacle
  • Analyses
    mixite_sociale_logement-cover

    « Mixité sociale ». L’expression est régulièrement mise en avant dans les politiques du logement. La mixité sociale serait une manière de diminuer les exclusions et de favoriser le vivre ensemble et la cohésion sociale. Concept controversé qui peut à la fois dire tout et son contraire, comment la mixité sociale se transpose-t-elle au sein des décisions politiques ? Quels en sont les avantages et les freins ?
    Cette analyse tente d’apporter un regard critique sur un concept en vogue.

    décembre 2016
    Auteur(s) : Julie Fanovard
  • Analyses
    monnaies_locales-cover.jpg

    Avoir un billet avec la tête de David Bowie dans son portefeuille, ça le fait ! Surtout si ce billet encourage l’emploi près de chez soi, soutient le développement durable et renforce les liens entre les habitants de la région. C’est le cas à Brixton, un quartier au sud de Londres. Mais c’est aussi le cas dans 5 000 autres endroits de la planète, en Wallonie aussi ! On a un peu de mal à prendre ces nouvelles monnaies citoyennes au sérieux et pourtant elles ne manquent pas d’intérêt ! Comment un tel petit bout de papier peut-il développer votre économie ? Comment ces monnaies locales complémentaires fonctionnent-elles, est-ce bien légal ? Quelles sont les conditions pour assurer leur succès ? Cette publication vous permet une première approche tout en douceur d’un phénomène qui prend de l’ampleur.

    novembre 2016
    Auteur(s) : Karin Dubois
  • Analyses
    budgets_participatifs-cover.jpg

    Par l’élection, le citoyen délègue les choix de la cité aux décideurs politiques. Mais la « crise de la représentation » pousse à un renouvellement des règles organisant la démocratie. Il s’agit de réduire la frontière entre le citoyen et le décideur.
    Le service public se co-construit de plus en plus. La participation citoyenne est aujourd’hui au centre de la gouvernance.
    Mais au niveau budgétaire, les possibilités d’engagement citoyen restent relativement faibles. Pourtant, le budget est l’outil central de la gestion des organisations publiques. Il traduit de manière chiffrée les ambitions des décideurs durant une période correspondant à une année civile. Une série d’initiatives ont toutefois vu le jour en vue d’associer le citoyen aux choix budgétaires. Des expérimentations ont été menées sous des formes diverses aux quatre coins du globe. De l’Amérique latine à notre plat pays, une multitude de projets innovants font leur chemin…

    novembre 2016
    Auteur(s) : Dimitri Greimers
  • Analyses
    alimentation_saine-cover.jpg

    Manger est un droit fondamental et primaire, reconnu et consacré dans plusieurs textes internationaux, notamment dans la « Déclaration universelle des Droits de l’Homme » et par le » Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels ».
    Mais derrière cette action quotidienne se cache une série de facteurs interdépendants qui influenceront inévitablement le comportement alimentaire. Pour certains citoyens fragilisés, s’alimenter n’est donc pas un acte si anodin. Des facteurs conditionnent leur accès à une alimentation saine, équilibrée et de qualité et limitent leurs choix et pèsent lourds dans la balance !
    Nous avons pu l’observer et en débattre lors de nos rencontres avec notre public qui participent aux ateliers « Consommation durable » organisés par le CPCP. La part du budget du ménage consacré à l’alimentation, les contraintes pratiques, le manque de savoirs et savoir-faire en cuisine, sont autant de freins qui nous renforcent dans notre idée que tous les citoyens ne sont pas égaux face aux rayons alimentaires des grandes surfaces !
    L’accessibilité à une alimentation saine, équilibrée et de qualité est un des grands enjeux de notre société en termes de santé public mais aussi d’équité, parce que, comme l’a si bien dit Jean-Pierre Coffe, ce n’est pas parce qu’on est pauvre qu’on doit manger de la merde !

    novembre 2016
    Auteur(s) : Carine Dusseldorf

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, cela marque votre accord avec l'emploi de cookies sur ce site. En savoir plus

J'ai compris

Ce site emploie des cookies afin d'enregistrer des paramètres et faciliter votre navigation.

Aucune des données collectées dans ces cookies ne sera utilisé dans un but de prospection ni ne sera diffusé à un quelconque organisme tiers.