CPCP Centre Permanent
pour la Citoyenneté et la Participation

ASBL d’Éducation Permanente reconnue par la Fédération Wallonie-Bruxelles

 
Vous êtes ici : Accueil Publications

Publications : Études et Prospectives

351 Publications
  • Analyses
    mondialisation-conso-locale.jpg

    Aujourd'hui, chaque secteur de production connaît un éclatement de sa chaîne de production. Même les secteurs agroalimentaire et textile, longtemps protégés par les gouvernements nationaux, poursuivent ce mouvement. Une truite peut être élevée au départ en Italie, au Danemark ou même en Turquie, poursuivre ensuite sa croissance dans nos Ardennes avec des intrants développés dans un pays tiers, avant d’être transformée en Allemagne et commercialisée dans toute l’Europe.
    En réalité, la fin de la Deuxième Guerre mondiale marquait le début d’une période d’ouverture des marchés nationaux. D’année en année, les barrières entre les États se sont progressivement levées pour aboutir aujourd’hui à un ordre économique mondialisé. Ces dernières années, sous l’influence de bouleversements politiques, économiques, et technologiques, les échanges entre États ont subi une succession de coups d’accélérateur.
    Cette réorganisation des échanges commerciaux est porteuse d’autant de menaces que d’opportunités. Face aux pressions de l’économie globalisée, les initiatives insistant sur la consommation locale fleurissent avec l’appui de nombreux acteurs. Chaque semaine, la presse fait écho de nouveaux marchés du terroir, coopératives locales et durables, et autres initiatives en faveur de la production et de la consommation de produits locaux. Tout se passe en réalité comme s’il existait un soutien presqu’unanime autour de l’achat de proximité.

    novembre 2017
    Auteur(s) : Dimitri Greimers
  • nature_culture-cover

    Aujourd’hui, l’impact de l’Homme sur l’environnement est tel que certains chercheurs proposent de nommer « anthropocène » l’ère géologique actuelle, mettant ainsi l’accent sur le rôle central des actions humaines sur terre et dans l’atmosphère, à une échelle globale. Nous vivons d’ailleurs la sixième extinction de masse : des chercheurs ont calculé que la disparition des espèces a été multipliée par 100 depuis 1900, un rythme inédit depuis l’extinction des dinosaures il y a plus de 60 millions d’années… Comment expliquer cette situation d’une dramatique urgence alors que, depuis le Néolithique, l’humain était parvenu à préserver la planète ? Jusqu’au XXe siècle, en contrepartie de ce qu’il prélevait sur la nature, l’Homme opérait des rituels garantissant le respect des règles de gestion et de préservation. En ce sens, la crise environnementale révèle sans doute une crise plus large du rapport entre les humains et la nature.
    En dressant un mur net entre la culture et la nature, et en s’autoproclamant maîtres de cette dernière, les Occidentaux ont en effet légitimé l’exploitation actuelle de l’environnement. Mais cette distinction entre l’humain et la nature, qui semble relever de l’évidence, n’est-elle pas le fruit d’une longue construction culturelle loin d’être universelle ? Et ce mur, qui paraissait autrefois infranchissable, n’est-il pas abîmé par les recherches éthologiques, les avancées de la génétique et justement le réchauffement climatique ? Le mur nature-culture de notre pensée occidentale ne serait-il pas en plein délitement ?

    novembre 2017
    Auteur(s) : Dounia Tadli
  • Analyses
    commerce-centre-ville.jpg

    Les centres-villes ne constituent plus fondamentalement des lieux propices aux affaires. Leurs environnements urbanistiques et commerciaux se sont lentement appauvris en raison notamment de la rude concurrence générée par les nodules commerciaux périphériques.
    Aujourd’hui, les centres urbains montrent leurs limites dans un paysage de plus en plus fermé et hyper concurrentiel. En cumulant un certain nombre de faiblesses, ils peinent à rester attractifs. Leur climat général se détériore à petit feu. Les arguments en leur défaveur s’additionnent et accélèrent le mouvement de spirale. Les citoyens les plus attachés à la qualité des espaces de vie sont de plus en plus nombreux à privilégier la périphérie. Car les consommateurs restent attirés par les lieux où foisonnent les magasins et où les animations se succèdent alors que les centres sont de moins en moins en mesure de drainer un flux suffisant de clients pour assurer la viabilité commerciale.
    Ce texte propose une réflexion sur l’avenir de ces derniers en balayant les réponses politiques aujourd’hui à l’oeuvre.

    novembre 2017
    Auteur(s) : Dimitri Greimers
  • Analyses
    experts-medias.jpg

    Les médias jouent un rôle primordial dans notre manière de percevoir le monde. Le choix des sujets présentés, mais aussi la manière dont ils sont traités, contribuent à façonner nos représentations à l’égard de la société. En ce sens, les individus qui interviennent dans les médias ont un rôle essentiel, qu’ils soient présentés comme « experts » ou citoyens. Or, le manque de diversité chez les premiers ainsi que le manque de visibilité des seconds rendent les « médias traditionnels » non-représentatifs et donc insatisfaisants. Cette frustration mêlée au développement du web 2.0 où chacun peut s’exprimer ont été propices à l’essor du journalisme participatif, à l’instar du célèbre Bondy Blog. Ces initiatives favorisent la diversité éditoriale et la participation citoyenne. Mais nous verrons aussi que le « tous journalistes » doit être relativisé, au même titre que la prétendue neutralité des professionnels…

    octobre 2017
    Auteur(s) : Dounia Tadli
  • Analyses
    metro-nord.jpg

    Le métro Nord bruxellois devrait voir le jour d'ici 2025. Avec lui, les quartiers denses schaerbeekois et évèrois seront directement reliés au centre-ville. Dans un second temps, le Sud de la Région devrait également accueillir de nouvelles stations de métro afin de desservir la commune d’Uccle. Aussi efficace que coûteuse, l'extension du réseau ferré sous-terrain n'a pas fait l'unanimité mais c'est pourtant l'option choisie par la Région de Bruxelles-Capitale. Revenons sur les raisons de ce choix politique et sur les leçons qui peuvent en être tirées. En matière de mobilité, Bruxelles ne peut se permettre de s'arrêter en (si bon) chemin.

    octobre 2017
    Auteur(s) : Naomi Berger
  • mobilite-durable-cover

    L’heure du durable est arrivée et la mobilité ne doit pas être en reste. Le transport ferroviaire apparaît comme une évidence dans la perspective d’une mobilité durable. L’avenir de ce transport se joue aujourd’hui à l’échelle européenne avec les différents enjeux de la libéralisation. Des idées émergent pour conduire les transports ferroviaires sur la voix de la durabilité. Afin de comprendre au mieux dans quel(s) cadre(s) durable(s) s’inscrivent ces initiatives, il faut décrypter quels sont les différents pans englobés dans la notion de mobilité. Sont-ils compatibles avec les écoles de la durabilité présentes aujourd’hui dans le monde ? Nous allons faire le tour de ces questions en analysant des idéaux de mobilité ferroviaire durable.

    octobre 2017
    Auteur(s) : Anne-Catherine Remacle
  • Analyses
    parfums-ambiance-cover

    À en croire la publicité, un petit « pschitt » et hop, voilà votre intérieur débarrassé de toutes ses mauvaises odeurs et inondé de senteurs printanières. Ces mauvaises odeurs sont-elles réellement éliminées ou sont-elles simplement recouvertes d’une couche de fragrances agréables ? Quelle est la nature de ces produits, quels sont leurs composants ? Sont-ils totalement inoffensifs pour notre santé ? Les informations présentes sur les emballages sont-elles suffisantes pour répondre à toutes ces questions ? La réponse est non.
    Cette publication vous explique pourquoi et vous permettra d’y voir plus clair. Mais rappelons que le meilleur moyen d’avoir un air intérieur sain est d’aérer régulièrement. Et pour une ambiance olfactive agréable, il existe de nombreux trucs et astuces faciles à mettre en oeuvre.
    Bref, ne vous laisser plus mener par le bout du nez !

    octobre 2017
    Auteur(s) : Michel Dejong
  • sans_abrisme-cover.jpg

    Il est des barrières invisibles aux yeux des hommes, mais pourtant réelles dans les faits. Le mur qui sépare les personnes sans-abri des autres personnes gravitant dans l’espace public est une réalité tangible. Ce qui différencie ces deux groupes d’individus est l’ « habiter » : un groupe habite, l’autre pas. Habiter, c’est détenir un chez-soi où l’intimité et l’identité vont rencontrer la sécurité. Ces caractéristiques sont absentes du quotidien des personnes sans-abri. Ces deux existences vont se croiser sans se rencontrer au grè de l’espace public. Le mur est là, à nous de le dépasser !

    septembre 2017
    Auteur(s) : Anne-Catherine Remacle
  • Analyses
    circuits-viande-cover.jpg

    Les spéculations autour de la consommation de viande vont bon train. Il s’agit généralement de recommandations sur les pratiques à adopter ou à éviter. Les données sur le sujet, quant à elles, sont principalement quantitatives et tendent à appuyer ces injonctions, servant au passage les intérêts des uns et des autres. Par contre, il est plus compliqué de saisir quels circuits suivent les animaux d’élevage, depuis leur naissance jusqu’à leur transformation en carcasse, pour aboutir en morceaux de viande dans nos étals, puis dans nos assiettes. Ces parcours sont en effet complexes, divers et relativement opaques. À travers des études de cas, nous verrons que la notion de circuit court est toute relative concernant la production de viande. Nous proposerons ensuite une réflexion autour de l’« éducation à la viande » et des labels, pour conclure sur l’importance de renouer avec les producteurs.

    septembre 2017
    Auteur(s) : Dounia Tadli
  • ville-durable-patrimoine-bati-cover

    La ville européenne a acquis son adjectif « durable » en enterrant celui, obsolète, de « fonctionnelle ». Simultanément, les interventions sur le bâti ont pris une tournure chirurgicale, détrônant de la sorte les pratiques de la table rase chères aux politiques des Trente Glorieuses. Se pose alors la question de la sélection du patrimoine à préserver ainsi que de sa valorisation. Qui sera l’élu et qui sera laissé aux portes de l’Histoire ? Le patrimoine rénové se conjuguera-t-il avec la mixité sociale et fonctionnelle ? Quelle patrimonialisation résistera à l’immobilisme et aux sirènes du tourisme de masse ? Finalement, en y regardant de plus près, conserver l’héritage bâti tout en assurant la durabilité de la ville s’apparente à un exercice de contorsionniste.

    septembre 2017
    Auteur(s) : Naomi Berger
  • revenu-universel-cover.jpg

    Tel un marronnier de la politique, le revenu universel est une idée qui revient régulièrement dans les débats. Cette proposition a ceci d’original qu’elle est revendiquée à Droite comme à Gauche. En effet, aussi paradoxal que cela puisse paraître, elle tire ses origines des idéologies marxistes et néolibérales. Cependant, quoique régulièrement défendue par des politiques de gauche, l’auteur démontre que, dans l’état actuel des choses, la seule version véritable est libérale. Une fois ce constat posé, l’auteur développera trois arguments montrant que cette vision du revenu universel garanti poursuit le cycle capitaliste actuel, entérinant de fait l’éternisation des inégalités, qui sembleront toujours plus naturelles.

    septembre 2017
    Auteur(s) : Thomas Bolmain
  • intelligence_emotionnelle-cover.jpg

    Joie, colère, tristesse, surprise, ennui, désir, etc. Les émotions sont omniprésentes dans nos vies : nous en ressentons lors de 90 % de notre temps d’éveil ! Pourtant, nombre d’entre nous sommes bien en mal de les identifier, les comprendre, les utiliser, les exprimer ou les réguler. Ces difficultés ont un impact sur notre vie quotidienne : sur notre santé, notre bien-être ou encore notre réussite scolaire ou professionnelle, etc. Par exemple, un individu qui possède des compétences émotionnelles élevées présente moins de risque de développer des troubles psychiques qu’une personne ayant des compétences plus faibles. De même, il sera plus probable qu’un enfant avec un niveau faible d’intelligence émotionnelle présente des comportements antisociaux qu’un enfant possédant un meilleur niveau. Soutenir le développement des compétences émotionnelles présente donc de nombreux bénéfices, dont par exemple la réduction de comportements antisociaux (tels que la violence scolaire). C’est pourquoi il apparaît nécessaire d’introduire un module de formation aux compétences émotionnelles à l’école.

    septembre 2017
    Auteur(s) : Marie-Sarah Delefosse
  • Analyses
    pedagogies_alternatives-cover.jpg

    Les pédagogies alternatives sont entrées dans nos écoles et en ont fondé d’autres. S’attaquant au sens commun de l’éducation, elles nous proposent de revoir toute notre conception de l’enfance et le rôle de la société dans cette période sacrée de la vie. Peu connues et souvent réservées à des minorités, les écoles à pédagogies alternatives ont toujours provoqué de vives critiques. Seraient-elles trop révolutionnaires ou utopiques ? Difficile d’émettre un jugement solide sans une connaissance approfondie d’une pensée politique qui a fondé un mouvement pédagogique entier. Voici quelques bases analytiques pour mieux comprendre les enjeux réels de ces écoles nouvelles.

    août 2017
    Auteur(s) : Marie Zune
  • Analyses
    putaclic-cover

    À l’heure du numérique où la concurrence est grande, les médias, emportés dans une logique économique, sont à la conquête du plus grand nombre de « clics ». Le « putaclic », aussi nommé clickbait, est une méthode comme une autre pour gagner de l’argent. Cette technique consiste à exploiter les automatismes de l’attention de l’internaute pour le piéger dans un contenu sans intérêt. Le seul objectif est d’engendrer des revenus publicitaires. Ainsi, le clickbait peut être considéré comme une forme de manipulation. Il en résulte, un nivellement par le bas ou la tentation de se laisser séduire par des discours à contre-courant qui flirtent avec désinformation ou théories du complot suite à une perte de confiance envers les médias d’information. Ces techniques de captation mettent donc en danger la démocratie et la participation à la société. Il y a urgence à y mettre fin en les rendant inefficaces.

    août 2017
    Auteur(s) : Mélissa Rigot
  • Analyses
    democratie_deliberative-cover.jpg

    Notre démocratie représentative actuelle fait face à de nombreuses critiques. De plus en plus d’initiatives participatives voient le jour en Belgique et à travers le monde, et soulignent une volonté d’apporter une réponse aux reproches traditionnels adressés à la démocratie représentative. C’est dans ce contexte de crise de légitimité de la démocratie représentative que sont nées les théories de la démocratie délibérative. Cette analyse tente de dégager ce que recouvre cette notion et d’évaluer s’il pourrait s’agir d’une nouvelle voie qui vaudrait la peine d’être suivie afin de revitaliser un système qui semble être à bout de souffle.

    août 2017
    Auteur(s) : Laurine Borile
  • mere_sur_fil_cover.jpg

    Dans notre société, les nouveaux modèles familiaux ont tendance à être montrés comme défaillants ou à être invisibilisés. D’autres formes de structures familiales existent cependant. Dans le cadre d’un projet en éducation permanente, nous sommes partis à la rencontre de mères solos, leur avons donné la parole et redonné une certaine légitimité dans l’espace public.

    juillet 2017
    Auteur(s) : Sandra Murru
  • Analyses
    lanceurs_alerte-cover.jpg

    Wikileaks, LuxLeaks, Panama Papers, Médiator… autant de sujets qui ont essaimé l’actualité internationale récente mettant en avant le rôle des lanceurs d’alerte ou Whistleblowers en anglais.
    Ceux-ci dénoncent des illégalités ou des manquements à l’intérêt général dans le chef d’entreprises privées ou d’institutions publiques. Les secteurs concernés vont aussi bien du secteur bancaire et financier au milieu médical, environnemental et sanitaire, en passant par le secteur public et les alertes plus médiatisées relatives aux services de renseignement.
    L’objectif de cet article sera de définir ce qu’est un lanceur d’alerte, ses motivations, son utilité sociétale et les contours de sa protection juridique. Nous clôturons par quelques pistes de réflexion pour une meilleure protection de ces lanceurs d’alerte.

    juillet 2017
    Auteur(s) : Mathieu de la Croix
  • Analyses
    communes_bruxelles-cover.jpg

    La Région de Bruxelles-Capitale connaît quelques absurdités : des règles de stationnement qui varient à seulement quelques dizaines de mètres de distance, un découpage territorial obscure, un nombre faramineux de ministres/échevins… Cette analyse passe à la loupe l’un des facteurs de ces disfonctionnements : les logiques concurrentes entre la Région et les communes, et entre ces dernières. Ces deux niveaux de pouvoir, distincts mais superposés, doivent, simultanément, coordonner leur action et se démarquer l’un de l’autre. Se différencier pour justifier le bien-fondé de leur existence. Si l’exercice est périlleux, n’est-il pas également superflu ? La Région pourrait-elle se passer de ses communes ?

    juillet 2017
    Auteur(s) : Naomi Berger
  • Analyses
    don_organes-cover

    La transplantation d’organes peut être considérée comme la plus grande avancée thérapeutique de la fin du XXe siècle. Mais sauver ou améliorer la vie d’un greffé à l’aide de l’organe d’un autre implique des questions éthiques, entre le bénéfice évident pour le receveur et les représentations d’une société sur la « bonne mort » et le statut du corps. Certains mettent ainsi en évidence l’existence d’une logique de « productivisation » de la mort, devenue une ressource dont il faudrait optimiser l’usage. Toutefois, nous verrons que si le prélèvement d’organes est considéré comme un véritable don consentant par le défunt, la démarche prend un sens qui dépasse la dimension utilitaire. Le don d’organes choisi et assumé, par exemple à travers une déclaration systématique de la volonté de chacun à l’administration communale, peut alors devenir medium de relations.

    juillet 2017
    Auteur(s) : Dounia Tadli
  • extreme_droite-cover.jpg

    Le 21 avril 2002, Jean-Marie Le Pen accédait au second tour de l’élection présidentielle, provoquant un séisme politique sans précédent. Le soir même du premier tour, des centaines de milliers de Français descendirent dans la rue pour manifester leur désarroi et dire « non » au FN. Ce 23 avril 2017, l’expérience s’est renouvelée. Mais cette année, point de choc, peu de rassemblements : la présence de Marine Le Pen au second tour était prédite depuis des mois par les instituts de sondage.
    Le constat est amer. En quinze ans, un tabou est tombé : le vote FN s’est banalisé et a cessé d’être un « vote honteux ». Ce phénomène met en évidence une série de changements sociétaux. Cette analyse de Marie-Sarah Delefosse s’efforce de montrer en quoi la montée du FN en France (et en Europe) est un des signes de ce changement de réalité sociale.

    mai 2017
    Auteur(s) : Marie-Sarah Delefosse
  • Études
    etable_table_etude-cover.jpg

    En raison de l’industrialisation agro-alimentaire et de la « modernisation » de l’agriculture, les mangeurs trouvent aujourd’hui dans leurs assiettes des aliments dont l’histoire leur échappe. L’exemple de la viande est particulièrement révélateur quant à ces processus de mise à distance. L’analyse des pratiques et représentations autour de cet aliment permet en effet d’aborder des questions aussi essentielles que la mise à mort des bêtes, les épizooties, l’évolution du statut des animaux dans nos sociétés, les « croisades alimentaires » ou les préoccupations environnementales. À travers l’étude de ces différents aspects, nous nous interrogerons avec le lecteur : détacher les aliments de leur contexte de production, à l’instar de notre confortable ignorance de l’animal dans la viande, permet-il de réaliser des choix de consommation conscients ?

    mai 2017
    Auteur(s) : Dounia Tadli
  • abattage_rituel-cover.jpg

    Après avoir montré que l’abattage rituel est intégralement soluble dans la logique, nihiliste, de la production industrielle de viande, ce bref texte plaide pour la réinvention d’un tout autre type de mise à mort rituelle de l’animal, qui entrerait en contradiction avec cette logique. Ce rituel sacrificiel d’un autre type pourrait et devrait devenir la conclusion d’une vie de sens partagée avec l’animal, à la condition que l’homme et l’animal, dès cette vie même, se soient consacrés à augmenter autant que faire se peut les conditions de leur autonomie par rapport aux exigences du monde industriel et de l’économie de marché. Tel serait le problème politique auquel nous mène la critique du traitement médiatique du thème de l’abattage rituel, traitement dont l’unique effet, navrant, est d’exciter la haine dont la figure du musulman est aujourd’hui largement l’objet.

    avril 2017
    Auteur(s) : Thomas Bolmain
  • Analyses
    brexit_les_enjeux-cover.jpg

    Ce 24 juin 2016, le réveil fut difficile pour bon nombre d’européens… Dans la nuit, on a apprenait que les Britanniques avait fait le choix de quitter l’Union européenne ! Le Brexit, souvent fantasmé, devenait réalité. Cette décision, inédite dans l’histoire de la construction européenne, amène son lot d’interrogations quant au processus et aux conséquences qu’auront cet évènement.
    Cette analyse met en lumière, dans un premier temps, l’impact immédiat aux niveaux politique et économique du Brexit au Royaume-Uni. Elle dessine ensuite les conséquences économiques et politiques qu’il pourrait avoir à plus long terme. En guise de conclusion, une réflexion propose de penser l’Europe que nous voulons demain.

    avril 2017
    Auteur(s) : Marie-Sarah Delefosse
  • Analyses
    brexit_1-cover

    "En accord avec le souhait du peuple britannique, le Royaume-Uni quitte l’Union européenne. C’est un moment historique." Ce sont sur ces mots que Theresa May a annoncé, le 29 mars dernier, avoir déclenché le Brexit. Un moment historique qui fait suite au référendum du 23 juin, lors duquel 51,9 % des électeurs britanniques s’étaient prononcés en faveur du Leave.
    La victoire des europhobes lors du référendum sur le Brexit a provoqué une véritable onde de choc outre-manche et en Europe. Une question vient à tous les esprits : comment en est-on arrivé là ?
    Depuis son adhésion, tardive, à la Communauté économique européenne (CEE), le Royaume-Uni a adopté une attitude ambigüe envers l’intégration européenne, entre méfiance ancestrale et pragmatisme de circonstance. À l’arrivée, force est de constater que les Britanniques ne font partie ni de la zone euro, ni de l’espace Schengen, deux réalisations emblématiques — quoique controversées — de l’Europe contemporaine. Le Royaume-Uni tient une place à part dans l’Union. Lieu commun ou réalité ? Comment l’expliquer ? Coup d’œil sur les raisons, proches ou lointaines, pour lesquelles l’un des principaux États membres de l’Union a décidé aujourd’hui de quitter le navire.

    avril 2017
    Auteur(s) : Jean-François Boulet et Marie-Sarah Delefosse
  • Analyses
    maillage_bleu-cover

    Les cours d’eau qui irriguent le territoire de la région bruxelloise ont longtemps été soustraits aux yeux des passants. L’enfouissement de la Senne est à cet égard symptomatique des politiques de l’eau longtemps menées dans notre capitale. Inondations, pollution, îlots de chaleur… les relations peuvent être tumultueuses au sein de la Capitale. Toutefois, il semblerait que les problèmes d’aujourd’hui pourraient être des opportunités de demain. Démonstration de résilience, Bruxelles adapte son réseau hydrographique pour faire éclore un maillage bleu.
    Mots clés 

    mars 2017
    Auteur(s) : Naomi Berger

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, cela marque votre accord avec l'emploi de cookies sur ce site. En savoir plus

J'ai compris

Ce site emploie des cookies afin d'enregistrer des paramètres et faciliter votre navigation.

Aucune des données collectées dans ces cookies ne sera utilisé dans un but de prospection ni ne sera diffusé à un quelconque organisme tiers.