CPCP Centre Permanent
pour la Citoyenneté et la Participation

ASBL d’Éducation Permanente reconnue par la Fédération Wallonie-Bruxelles

 
Vous êtes ici : Accueil Le CPCP Nos thématiques Citoyenneté institutionnelle

Citoyenneté institutionnelle

 Citoyenneté institutionnelle« Voter, ça ne sert à rien !».
Ce discours pessimiste, nous l’entendons de plus en plus souvent. Ce discours se reflète également dans le taux d’absentéisme de plus en plus marqué ainsi que dans le nombre de votes blancs ou non valables lors des élections. En 2012, lors des élections communales, l’abstention s’élevait ainsi à 21,9% à Bruxelles, 18,2% en Wallonie et 11,7% en Flandres. Même si le vote est obligatoire en Belgique, cela signifie que près de 15% des électeurs ne votent pas ou n’émettent pas un vote valable (source CEPESS).

Deux raisons principales expliquent ce désintérêt grandissant.

Tout d’abord, la confiance des citoyens envers les politiques est au plus bas : perte de crédibilité dû aux cumuls et aux « affaires », longueur des crises politiques, absence de projets mobilisateurs, etc. La question de la perte de confiance du politique remonte à une dizaine d’années comme l’expliquait en 2012 un professeur d’université (Le Soir, 20 février 2012, Interview de P. Vercauteren, politologue à l’UCL) : « cela fait partie de ce que l’on appelle “la crise de la démocratie’’. C’est un sentiment assez répandu en Europe, même s’il y a des spécificités belges. D’une part, les partis politiques ont de plus en plus de difficultés à venir avec des projets mobilisateurs, à refonder de grandes idéologies ; et d’autre part, les citoyens sont de plus en plus désenchantés, doutant de la capacité du politique à apporter de grandes réponses, et donc de moins en moins fidèles aux politiques ce qui se marque par une forte abstention ou de forts mouvements de voix d’un parti à l’autre ». Alors qu’en 2007, 60% des belges se disaient confiants envers leur gouvernement national, ils ne sont plus que 44% en 2012 selon les données de l’OCDE (Organisation de Coopération et de développement Economiques). « La confiance dans les pouvoirs publics s’est considérablement dégradée, car les ressources publiques limitées ne permettent de répondre qu’imparfaitement aux attentes croissantes des citoyens », analyse l’OCDE.
Le diagnostic est clair : l’écart entre les citoyens et le monde politique se creuse.

La Belgique connaît de plus régulièrement des crispations communautaires et est en constante évolution sur le plan institutionnel. Nous vivons dans un petit pays qui présente une architecture d’une complexité sans pareille. Il compte 3 régions, 3 communautés, 10 provinces, etc. Il n’est donc pas toujours facile de s’y retrouver.

Dès lors comment réconcilier le citoyen et le politique ? Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui ont débranché la « fiche de leur citoyenneté », parce qu’ils se sentent perdus dans le dédale de nos institutions et dans l’appréhension de leurs droits. Or, ces institutions régissent tous les domaines de leur vie. À travers nos publications, nos animations, nos visites citoyennes et nos formations axées sur les fondements démocratiques de notre société, le fonctionnement de ses institutions, les droits fondamentaux des citoyens, le rapport à la loi et les défis de demain, nous encourageons nos publics à retrouver le sens de leur citoyenneté.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, cela marque votre accord avec l'emploi de cookies sur ce site. En savoir plus

J'ai compris

Ce site emploie des cookies afin d'enregistrer des paramètres et faciliter votre navigation.

Aucune des données collectées dans ces cookies ne sera utilisé dans un but de prospection ni ne sera diffusé à un quelconque organisme tiers.