Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation
Accueil » Publications » Le burn-out parental

Le burn-out parental

une histoire d’équilibre…

Analyse n°333 de Marie-Sarah Delefosse - juillet 2018 Famille, Culture et Éducation


Le mal-être s’est installé petit à petit. Le bruit et l’agitation des enfants devenaient exaspérants. J’avais l’impression que mes enfants devenaient horribles, qu’ils faisaient exprès de désobéir, exprès de se disputer, exprès de faire des bêtises… juste pour m’embêter ! Et moi je n’arrêtais pas de crier sur eux, j’en venais à les détester. Je me sentais enfermée. J’avais l’impression qu’il n’y avait pas d’issue possible "pour échapper à mes terribles enfants" : reprendre le travail ? Je ne m’en sentais pas capable. Je subissais. Je détestais ma vie. J’avais l’image d’un canoë qui essaie en vain de remonter le courant d’un torrent furieux. Et puis toutes les mamans de mon entourage me semblaient bien meilleures que moi : l’éternel sourire aux lèvres, le gâteau fait maison à l’heure du goûter, les enfants qui font plein d’activités, la maison toujours propre et bien rangée. J’avais le sentiment d’être nulle à côté avec mes surgelés et mes pâtes, mon tas de linge sale et de repassage énorme, mes enfants odieux…1

La première fois que votre bébé vous dit "Maman", c’est le plus beau jour de votre vie. Aujourd’hui, ce n’est plus un mot que je suis heureuse d’entendre. "Maman", c’est devenu un mot de torture. 2

Ces deux témoignages reflètent un phénomène méconnu : le burn-out parental. Mis en lumière pour la première fois dans les années 1980 chez les mères d’enfants malades, ce syndrome d’épuisement parental a longtemps été passé sous silence, comme s’il était tabou. Nous ne pouvons d’ailleurs qu’imaginer combien il est difficile, au sein d’une société qui érige la parentalité au rang de "plus beau métier du monde", d’oser dire que nous ne supportons plus nos enfants, que nous ne sommes plus capable de nous en occuper et que nous avons besoin d’aide. Ce tabou explique peut-être le désintérêt des chercheurs pendant deux décennies pour ce sujet (puisqu’ils ne s’emparent du sujet qu’à la fin des années 2000) et qu’il soit encore peu connu aujourd’hui. Méconnu, mais pas anodin pour autant, puis qu’actuellement en Belgique, un parent sur cinq ressentirait souvent ou en permanence un sentiment de burn-out.3 Selon une étude récente de l’UCL, ils seraient d’ailleurs 5 % des parents à souffrir de ce syndrome, tandis que 8 % présenteraient un risque important de le développer.4 Oui, mais… être parent me direz-vous, est un défi qui est, et a toujours été, épuisant. Doit-on pour autant qualifier cet épuisement de syndrome ? Ne serait-ce pas un simple effet de mode ?

Lire la suite de la publication


1 Camille (32 ans, 3 enfants), citée par L. D’Hérouville, « L’épuisement maternel ou le burnout de la mère de famille», Maman vogue, s. d. [en ligne :] https://www.mamanvogue.fr/temoignage-lepuisement-maternel-burn-out-de-mere-de-famille/, consulté le 27 mars 2018.
2 Témoignage anonyme cité dans « Témoignages », Parentàbout.be, s. d. [en ligne :] http://www.parentabout.be, consulté le 27 mars 2018.
3 A. Hosdey-Radoux, M. Paillet, A. Woelfle, D. Chabbert (dir.), Le baromètre des parents 2017, Bruxelles : La Ligue des Familles, 2017.
4 V. Menétrey, « Isabelle Roskam : « Il faut parfois passer par un burn-out pour accepter de ne pas être le parent parfait. » Migros Magazine, 2 février 2017, [en ligne :] https://www.migrosmagazine.ch/isabelle-roskam-il-faut-parfois-passer-par-un-burn-outpour-accepter-de-ne-pas-etre-le-parent-parfait, consulté le 27 mars 2018.


Marie-Sarah Delefosse est titulaire d’un master en sciences psychologiques à orientation « organisation, travail et société ».

Dernières publications
La grossophobie, une discrimination peu (re)connue - Douze lettres au Scrabble ne suffisent pas à gagner la partie de Maïa Kaïss

Entre violences institutionnelles et de genre - Regards sur les violences gynécologiques et obstétricales de Roxane Lejeune

Maltraitance dans les établissements pour personnes âgées - Peut-on parler de violences institutionnelles ? de Clara Van Der Steen

L’emprise des énergies fossiles en Belgique - Pourquoi la transition énergétique n’a pas lieu ? de Boris Fronteddu


Migration et habitudes alimentaires - Quand la consommation de produits locaux rencontre la multiculturalité belge de Louise Vanhèse

Les "thérapies de conversion" en Belgique - Récits d'un phénomène méconnu de Axel Winkel

Walkshop - Stimuler la créativité par la rencontre interdisciplinaire et la marche de Thierry Dethier

Quel statut social pour les travailleurs de plateforme ? - Les (potentielles) avancées en droit social européen et belge de Emma Raucent

Intersectionnalité | Partie 2 - Sa traduction juridique dans l'Union européenne et en Belgique de Emma Raucent