Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation
Accueil » Publications » La consommation durable en temps de COVID-19

La consommation durable en temps de COVID-19

Analyse n°429 de Karin Dubois - mai 2021 Consommation durable


La crise sanitaire due à l’épidémie de COVID-19 a secoué le fonctionnement de notre société en 2020. Le secteur de la santé publique a été le premier exposé à la vague de contamination mais les bouleversements sont également sociaux, démographiques, économiques, politiques, etc.
Il est sûr que nous avons vécu une période particulière qui a amené son lot de réflexions et de discussions au sein des ménages. La période de confinement a ainsi été propice, pour les plus chanceux, à l’émergence de questionnements sur le mode de fonctionnement de la société, sur nos modes de vies et nos priorités au quotidien. Pour les moins bien lotis, les réflexions portaient plus que jamais sur la fin du mois. Ainsi, s’il est susceptible de toucher tout le monde, on a bien dû constater que chaque personne n’avait pas les mêmes armes pour répondre à ce virus.
De cette année 2020, on retiendra surtout le traumatisme de l’abandon des maisons de repos et les applaudissements à 20h00 (lors de la première vague) pour un personnel médical qui s’épuise. Dans le champ plus spécifique de la consommation, on gardera en souvenir les files devant les magasins, les clients poussant des caddies désinfectés, les masques et les bouteilles de gel, les rayons vides, les villes vides aussi, la plupart des commerces fermés.
En matière de consommation durable, le COVID-19 a eu son lot d’impacts. Négatifs tout d’abord avec un système alimentaire tendu, une augmentation des prix, et des décisions concernant l’environnement et le climat qui se voient suspendues. Des impacts positifs aussi avec l’émergence d’une solidarité collective spontanée, le succès temporaire des circuits courts et l’apparition, dans la presse écrite, d’une réflexion sur la société post-COVID.
Plus que toutes ces conséquences, ce qui a le plus marqué nos publics, ce sont la peur, la solitude et le manque de l’autre. La peur du virus, d’être contaminé lors d’un contact, de perdre quelqu’un, d’aller à l’hôpital se soigner pour une autre pathologie, la crainte de perdre son emploi, de s’endetter, de vivre comme ça des années.
À côté de cela, il faut aussi constater que 2020 n’aura pas été une année perdue pour toutes les entreprises. C’était une belle opportunité pour qui voulait déployer la 5G et les technologies de surveillance. Quant aux secteurs de la distribution et de la vente en ligne, ils ne devraient pas se plaindre en faisant le bilan de l’année.
De quelle manière ce virus a-t-il bousculé le secteur alimentaire et celui de l’énergie ? Comment les personnes plus fragiles ont-elles vécu ces bouleversements ? Et de quelle manière les citoyens se sont-ils organisés pour faire face à quelques défaillances de notre société à prendre soin des plus précaires et des personnes de plus en plus nombreuses à sombrer dans les difficultés ? C’est ce que nous tentons d’analyser avec l’aide des quelques personnes qui ont pu exprimer leur vécu dans nos ateliers… entre deux confinements.

Lire la suite de la publication


Diplômée en Sciences Politiques, en Sciences du Travail et en communication, Karin Dubois est une formatrice enthousiaste, orientée vers la consommation et le développement durables.

Dernières publications
OGM "nouvelle génération" - Modèle "ancienne génération" ? de Boris Fronteddu

Le cours d'histoire comme outil à la citoyenneté critique ? - Le cas du passé colonial belge de Emma Raucent

Comprendre la prostitution et ses enjeux - Entre regards féministes et idées reçues de Roxane Lejeune

Travailleurs essentiels - Quand les migrants font le job ! de Axel Winkel

Synergies entre commerce équitable et commerce local à Bruxelles - Travail d’intelligence collective à travers un évènement participatif de Clara Van Der Steen

L'eau en bouteille - Consommer à en perdre la raison de Boris Fronteddu



La géopolitique des vaccins - Attention, chasse gardée ! de Emma Raucent