Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation
Accueil » Publications » Droit et punition à l'école

Droit et punition à l'école

Analyse n°375 de Axel Winkel - mai 2019 Famille, Culture et Éducation


Dans les prémices du Pacte pour un enseignement d’excellence, l’idée d’interdire les punitions collectives était apparue. Pour le délégué général aux droits de l’enfant, le principe de la punition collective est d’autant plus injuste que cette dernière s’accompagne souvent d’un appel à la délation. Chez nos voisins français, la punition collective a été interdite en 1999 après de longs débats. Cette problématique questionne l’application du droit dans la vie quotidienne des écoles. Plus précisément, les élèves à l’école sont-ils sujets de droit ? En quoi, la non-application d’un certain nombre de principes fondamentaux du droit peut-elle être contre-productive et source de violences ?
À l’inverse, en quoi l’application du droit peut-elle prévenir l’apparition de cette même violence à l’école ? Comment instituer la « loi » plutôt que l’imposer ? Quel rapport avec la démocratisation de l’école ?

Lire la suite de la publication


Politologue de formation, Axel Winkel est enseignant et chercheur au sein du PEPS, au CPCP.

Dernières publications
Faut-il se méfier des algorithmes ? de Hélène de Wasseige


Troubles DYS - Entre difficultés scolaires et véritables atouts de Marine Goethals

« Spitzenkandidaten » - Quand l’Europe en perd son latin de Jérôme Vanstalle

D’une pensée coloniale à une pensée du colonial ? - La question de la restitution des œuvres africaines issues de la colonisation de Aurélie Duvivier

Le PSC et les élections européennes du 10 juin 1979 - Analyse d'une campagne mouvementée de Thomas Smets

Eurosceptiques - Unis dans la diversité ? de Jérôme Vanstalle

Le changement climatique ? Oui - Le changement tout court ? Non de Alexia Thomas

Grève scolaire pour le climat - L’engagement des jeunes à l’épreuve de la démocratie de Axel Winkel

Modèle low-cost aérien - Le pilote automatique qui nous mène droit dans le mur de Solène Houzé