Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation
Accueil » Publications » FIC-AOC

FIC-AOC

Que se cache-t-il derrière ces acronymes ?

Analyse n°399 de Stéphanie Ghuysen - février 2020 Citoyenneté et Participation


FIC  ? AOC  ? Formations citoyennes  ? Nés en 2014 en Wallonie, ces néologismes, qui ne vous disent peut-être rien, concernent, chaque année, des milliers de personnes primo-arrivantes ou désireuses d’acquérir la nationalité belge.
À l’aube d’une nouvelle décennie, parmi les enjeux que connait la Belgique, la gestion des migrations figure inévitablement à l’agenda. Elle agite tant la sphère publique, politique que socio-économique de notre pays.
Le phénomène de migration ne constitue pourtant en rien une réalité neuve. Toutefois, si les migrations ont toujours existé, les causes associées varient au cours des siècles. Fuir un climat belliqueux généré par un contexte géo-politique et des rapports de forces complexes, échapper à des catastrophes naturelles, retrouver ses proches, ou encore espérer un meilleur pouvoir d’achat sont autant de raisons poussant des populations (entières) à se déplacer. Ces différentes demandes d’asile ont conduit la Belgique, au fil du temps, à mettre en place des mesures d’accueil et de soutien. En Wallonie, le dernier dispositif voté, dont les modalités ne cessent d’évoluer, est le « parcours d’intégration » dans lequel figurent les formations citoyennes, objet de notre analyse.
À savoir : La question de l’intégration des primo-arrivants est une compétence qui relève de la Région wallonne. Le parcours d’intégration belge peut donc prendre des formes très différentes selon les instances qui le gèrent soit la Wallonie, la Flandre et Bruxelles-Capitale. Au sein de la partie francophone de Bruxelles, par exemple, le parcours n’est pas obligatoire.
Dans cette publication, nous commencerons par poser le cadre institutionnel, historique, social et politique qui donna naissance à ces formations ; ensuite nous expliquerons en quoi consistent ces formations via la pratique du CPCP 1.

Lire la suite de la publication


1 Le CPCP donne des formations citoyennes dans plusieurs provinces : Liège, Hainaut et Namur. Cette note prend spécifiquement en compte notre expérience dans la Province de Liège en 2019.


Stéphanie Ghuysen est animatrice au sein du Pôle Formations du CPCP. Elle est titulaire d’un master en sciences de la population et du développement, orientation coopération Nord-Sud.

Dernières publications

Les nouvelles technologies - Monde et école de demain ? de Axelle Durant

Les nouvelles plateformes de l'économie collaborative - Quelle place pour les livreurs ? de Clara Van Der Steen


Le pacte PSC-PRL (1986-1988) - Récit d'une alliance avortée de Thomas Smets

Justice sociale, justice environnementale - La convergence des luttes dans la pratique de l’éducation permanente de Solène Houzé

Quand notre alimentation perturbe l'apprentissage des enfants - Le sinistre pouvoir de la malbouffe de Karin Dubois

AOC - Créer l'alchimie entre un lieu et des humains de Véronique Sevrin


Au delà du parcours d’intégration wallon - Regards sur l’intégration au travers de l’ASBL Interra de Stéphanie Ghuysen