Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation
Accueil » Publications » La guerre des sexes

La guerre des sexes

n’aura pas lieu…

Analyse n°367 de Tanguy de Wilde d’Esmael - mars 2019 Famille, Culture et Éducation


On sait que la légende attribue à une femme la cause de la guerre de Troie. Le cœur oscillant de la belle Hélène constitua le prétexte à l’affrontement des cités respectives de Pâris et de Ménélas. Sans doute, un jour, la rectitude politique s’offusquera-t-elle de cette tendance à faire de la femme tentatrice la cause du désordre des hommes déjà révélée au jardin d’Eden. Mais trêve de polémique : aujourd’hui comme demain, la guerre des sexes n’aura pas lieu parce que les marques de fraternisation entre ennemis sont trop importantes, comme le dit la boutade du grand stratège américain Henry Kissinger. Bref, ce que le mouvement « Metoo » et ses avatars ont déclenché, ce n’est pas un affrontement entre une gent féminine, dénonciatrice en général, accusatrice en particulier, et une caste masculine sommée de rendre des comptes et d’éradiquer tout machisme rémanent. «Metoo» ne signifie pas systématiquement "Tu quoque", sauf à dériver dans le caniveau d’une chasse aux sorciers (sic), irriguée par le pilori contemporain des réseaux sociaux. L’essentialisation des hommes et des femmes serait à la fois simpliste car sans nuance, et contreproductive car sans portée. Alors même que les révélations récentes doivent interpeller chaque homme, en particulier, d’abord.

Devant la découverte d’abus de position dominante, d’excès de pouvoir, de réduction du corps féminin à un objet de prédation, une réaction courante des hommes est d’indiquer qu’ils ne prenaient pas la mesure de l’ampleur du phénomène. Sans doute est-ce une forme "d’aveuglement du Corps de garde" : on pensait que le relâchement verbal, un brin sexiste, exprimé sur un ton badin dans les heures d’oisiveté, restait à la fois au stade verbal de la gauloiserie et dans l’entre-soi du Corps de garde ou de tout autre lieu de rassemblement essentiellement masculin. Eh bien, pas du tout : il y a des passages à l’acte et c’est très répandu. Première étape indispensable : la prise de conscience ; on y est. Comment aller un pas plus loin, vers l’action bienveillante qui suppose la maîtrise des pulsions ? Tout serait très simple si les hommes enduisaient d’empathie leur rapport à l’altérité féminine.

Lire la suite de la publication


Tanguy de Wilde d’Estmael est Professeur à l’UCLouvain. Il s’exprime à titre personnel.

Dernières publications
Faut-il se méfier des algorithmes ? de Hélène de Wasseige


Troubles DYS - Entre difficultés scolaires et véritables atouts de Marine Goethals

« Spitzenkandidaten » - Quand l’Europe en perd son latin de Jérôme Vanstalle

D’une pensée coloniale à une pensée du colonial ? - La question de la restitution des œuvres africaines issues de la colonisation de Aurélie Duvivier

Le PSC et les élections européennes du 10 juin 1979 - Analyse d'une campagne mouvementée de Thomas Smets

Eurosceptiques - Unis dans la diversité ? de Jérôme Vanstalle

Le changement climatique ? Oui - Le changement tout court ? Non de Alexia Thomas

Grève scolaire pour le climat - L’engagement des jeunes à l’épreuve de la démocratie de Axel Winkel

Modèle low-cost aérien - Le pilote automatique qui nous mène droit dans le mur de Solène Houzé