Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation
Accueil » Publications » Politiques environnementales et climatiques en quête de cohérence

Politiques environnementales et climatiques en quête de cohérence

Pour un nouveau paradigme politique

Analyse n°466 de Boris Fronteddu - novembre 2022 Consommation durable


Il existe de très nombreuses initiatives de transition en Belgique. Elles se déclinent dans une myriade de secteurs (agroalimentaire, logement, consommation, protection de l’environnement, protection des espèces animales…) et se retrouvent souvent à la croisée de plusieurs d’entre eux. Celles-ci sont menées tant à des échelles locales (communes, quartiers) que régionales ou nationales. Elles sont le fait d’associations, d’organisations non gouvernementales (ONG), de collectifs citoyens, d’initiatives personnelles et/ou de politiques publiques. Dans le cadre de cette analyse, nous avons interviewé Jessica Delangre, chargée d’éducation permanente à Canopea 1 et membre de la coordination d’Occupons le terrain 2 ainsi que Zoé Gallez, membre de Terre en vue 3. Ces deux organisations sont actives en Région wallonne et visent à aider les acteurs de terrain dans les luttes, respectivement contre l’artificialisation des sols et pour l’accès à la terre des agriculteurs. Ces interviews ont permis de mettre en lumière de quelle façon les politiques locales et régionales apparaissent parfois aller à l’encontre des ambitions environnementales et climatiques affichées par ces mêmes autorités publiques. En ce sens, certaines prises de décision politique peuvent, à première vue, sembler incohérentes. Par exemple, lorsque l’annonce du développement de Liège Airport précède l’annonce du plan wallon pour lutter contre la bétonisation.
Ces "incohérences" révèlent en réalité le cadre général dans lequel s’inscrit l’action politique. Comme nous allons le voir, celui-ci ne semble plus répondre aux enjeux environnementaux et climatiques du XXIe siècle. En effet, durant la majeure partie du XXe siècle, la gestion des ressources naturelles au sein des pays développés était basée sur l’usage d’objectifs chiffrés et de la technologie afin d’isoler et de tenter de contrôler des variables (telles que la végétation, une espèce animale, les taux de pollution…). Or, cette approche tend à ignorer la complexité inhérente aux politiques environnementales. Celles-ci s’inscrivent, en effet, dans un cadre plus large, à savoir, celui des multiples interactions entre les variables des écosystèmes au sein desquels évoluent nos relations sociales de production et de consommation.
Afin d’illustrer la nécessité de développer un nouveau cadre d’analyse pour l’action politique, nous dressons un bref aperçu des grands principes mis en exergue par la recherche sur les régimes sociométaboliques développée par l’école d’écologie sociale de Vienne. Celle-ci se base sur l’intégration de nos relations de production et de consommation au sein des écosystèmes et sur l’influence que ces derniers exercent l’un sur l’autre. En d’autres termes, la recherche sur les régimes sociométaboliques vise à intégrer les lois fondamentales des sciences naturelles dans le cadre de l’analyse socioéconomique.
La deuxième partie de cet article explicite en quoi ce champ de recherche pourrait se révéler pertinent afin de renforcer la cohérence entre les politiques environnementales, climatiques et socioéconomiques. Par le biais de quelques exemples et, notamment, de l’étude du métabolisme urbain de la Région bruxelloise réalisée par Bruxelles Environnement, nous soulignons l’importance des indicateurs alternatifs au Produit intérieur brut (PIB) afin de développer d’autres politiques, notamment, dans le cadre de la gestion des sols et des terres nourricières.
Nous concluons en insistant sur la nécessité de constituer des bases de données publiques concernant les flux de matières et d’énergie nécessaires au maintien et à la reproduction du tissu social et productif local et national. L’identification et la quantification de ces flux permet, en effet, d’appréhender de façon plus précise les risques et les profonds bouleversements auxquels la raréfaction des ressources et le dérèglement climatique exposent nos systèmes socioéconomiques. C’est à la lumière de ces risques que pourront être développées des stratégies politiques cohérentes pour créer les conditions d’une transition vers un nouveau régime sociométabolique dont la structure n’excéderait par la capacité d’absorption des écosystèmes.

Lire la suite de la publication


1 Anciennement Inter-environnement Wallonie. Site web : https://www.iew.be.
2 Site web d’Occupons le terrain : https://occuponsleterrain.be.
3 Site web de Terre en vue : https://terre-en-vue.be.


Boris Fronteddu est chargé de recherche dans la thématique Consommation durable, au sein du pôle Recherche & Plaidoyer. Il est titulaire d’un master en journalisme ainsi que d’un master en politiques européennes.

Dernières publications
"Thérapies de conversion" en Belgique - De nouveaux témoignages de Axel Winkel

Agir sur les violences institutionnelles à l’école - La pédagogie Freinet avec ou sans modération ? de Maïa Kaïss

Politiques environnementales et climatiques en quête de cohérence - Pour un nouveau paradigme politique de Boris Fronteddu

Réchauffement climatique : origines, développement, actualité et quelques perspectives - Petite initiation citoyenne à cet enjeu crucial contemporain de Thierry Dethier

Sugar baby - Réalité bien moins sweet de Axelle Durant

Entre éco-consommation et carpe diem - Comment les Belges vivent l'urgence climatique de Louise Vanhèse

Le PSC et la Conférence de Rio - Réflexions internes du Parti Social Chrétien à l'approche du Sommet de Thomas Smets

Pour une autre téléphonie - Le modèle coopératif de Anna Constantinidis

Le travail sous l'ère du capitalisme de plateforme - Le salariat en miettes ? de Emma Raucent

La grossophobie, une discrimination peu (re)connue - Douze lettres au Scrabble ne suffisent pas à gagner la partie de Maïa Kaïss