Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation
Accueil » Publications » Parcours du débutant, parcours du combattant

Parcours du débutant, parcours du combattant

Jeunes profs en décrochage scolaire

Analyse n°383 de Marine Goethals - septembre 2019 Famille, Culture et Éducation


Une récente campagne de promotion, intitulée "pourquoi pas prof", présente les atouts de la profession : un métier qui a du sens, des journées variées, une vraie qualité de vie, de nombreuses opportunités, beaucoup de créativité et un travail d’équipe. 1 Si les avantages inhérents à cette profession sont si nombreux, pourquoi l’enseignement éprouve-t-il tant de difficultés à garder ses nouvelles recrues ? En effet, 35,6 % des enseignants débutants abandonnent dans les cinq premières années 2 : un chiffre très régulièrement repris dans les médias et pour le moins interpellant. Plus interpellant encore, un enseignant novice sur cinq quitte la profession dans la première année d’exercice. L’insertion professionnelle est délicate dans tous les métiers, certes, mais il semble que ce soit particulièrement le cas dans l’enseignement. D’autres professions connaissent des taux élevés de sorties précoces mais les retombées sont incomparables.
Il est communément admis que le turnover est un phénomène normal qui comporte des bénéfices (remise en question des routines organisationnelles, développement de nouveaux projets, par exemple). Notons cependant que ce turnover observé dans les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles est supérieur aux taux constatés dans d’autres systèmes scolaires. 3 De plus, ce phénomène touche majoritairement les novices. En effet, une fois nommés, les enseignants sont très peu mobiles.
Les taux d’abandon ainsi que le turnover chez les enseignants débutants sont d’autant plus interpellants que la Fédération Wallonie-Bruxelles souffre d’une pénurie de professeurs. Le nombre d’heures de cours perdues faute d’enseignant est ahurissant. Nous ne disposons pas de chiffres précis mais l’association des directeurs de l’enseignement secondaire libre à Bruxelles et en Brabant-Wallon (Adibra) a estimé que chaque élève du secondaire perdait en moyenne deux heures de cours par semaine eu égard à la pénurie. 4 On peut également aborder la question en termes économiques. En cas d’abandon, les ressources engagées dans la formation des enseignants, dans le processus de recrutement et lors du temps de familiarisation à l’établissement scolaire sont "gaspillées".
Dès lors, comment expliquer les nombreuses sorties précoces ? L’abandon de la profession ainsi que le turnover des novices sont révélateurs des conditions d’emploi difficiles des enseignants débutants. Nous tenterons de décrire de manière très concrète, grâce à de nombreux témoignages, le début de carrière dans l’enseignement – qui s’apparente souvent à un véritable parcours du combattant – afin d’avoir une compréhension fine du phénomène d’abandon en lien avec ce qui se passe sur le terrain. Avant toutes choses, il convient d’éviter la vision simpliste des enseignants débutants facilement découragés et tentés par des emplois dans d’autres secteurs. En 2013, une étude de l’UCL en collaboration avec l’ULB a été menée sur la trajectoire des jeunes enseignants francophones. 5 Il s’agit d’une première en Belgique francophone, cette étude sera donc abondamment reprise dans cette analyse, notre volonté étant de la vulgariser. À l’aide de données statistiques, les chercheurs ont tenté de définir les facteurs qui expliquent l’abandon de la profession chez les enseignants débutants. Ils ont mis en évidence trois types de facteurs : les facteurs individuels, les facteurs liés au contexte et les facteurs de conditions d’emploi.

Lire la suite de la publication


1 http://enseignement.be/index.php?page=28105.
2 B. Delvaux, P. Desmarez, V. Dupriez, S. Lothaire, M. Veinstein, Les enseignants débutants en Belgique francophone ; trajectoires, conditions d’emploi et positions sur le marché du travail, Louvain-la-Neuve : Université catholique de Louvain, GIRSEF, "Cahiers de Recherche du GIRSEF", n°92, avril 2013, p. 86, [en ligne :] https://www.researchgate.net/publication/259470402_Les_enseignants_debutants_en_Belgique_francophone_trajectoires_conditions_d’emploi_et_posi-tions_sur_le_marche_du_travail.
3 X. Dumay, Décrire et prédire le turnover des enseignants dans les établissements de la Fédération Wallonie-Bruxelles : éléments d’analyse à partir de bases de données administratives, Louvain-la-Neuve : Université catholique de Louvain, GIRSEF, "Cahiers de Recherche du GIRSEF", n°95, janvier 2014, p. 36, [en ligne :] https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00980175/document.
4 P. Bouillon, "Titres et fonctions : les directeurs d’écoles sont excédés !", Le Soir, 28 mars 2017.
5 B. Delvaux, P. Desmarez, V. Dupriez, S. Lothaire, M. Veinstein, op. cit.


Marine Goethals est chargée de recherches au CPCP et titulaire d’un bachelier en langues et littératures romanes ainsi que d’un master en didactique du français langue maternelle.

Dernières publications
Tourisme durable - Un tourisme aux multiples facettes de Solène Houzé


Tourisme durable - Ou la nécessité de repenser le tourisme dans le contexte actuel de Solène Houzé


Vers une reconnaissance des droits de la nature ? - Le projet de loi climat belge de Denis Linckens

L’agenda européen des migrations - Au croisement du régime d’asile et du contrôle des frontières extérieures de Mathilde Van Roost

Parcours du débutant, parcours du combattant - Jeunes profs en décrochage scolaire de Marine Goethals

Intervenir face au cyberharcèlement - Vers un regard croisé des parents et des professionnels de l’éducation de Marine Streel

Le bien-être au travail - Aménager pour mieux le trouver de Marine Keresztes

Le bien-être au travail - Ré-engager les salariés ? de Marine Keresztes