Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation
Accueil » Publications » Le zéro déchet

Le zéro déchet

Expression durable ?

Analyse n°348 de Adeline de Wilde - novembre 2018 Consommation durable


Zéro déchet. Une expression radicale, quasi institutionnalisée et de plus en plus populaire. Plus qu’une expression même, le "zéro déchet" (en anglais zero waste) a pris la forme, ces dernières années, de mouvements spontanés émergeant aux quatre coins du globe. Il peut s’agir d’entreprises, de démarches individuelles et citoyennes ou de politiques. Quel que soit l’aspect qu’ils revêtent, ces mouvements revendiquent le même objectif : ne plus produire de déchets. Ou du moins les minimiser, car l’objectif zéro est vraisemblablement inatteignable.

Depuis les années 2010, le mouvement zéro déchet a pris de l’ampleur. Les gens se sont approprié la formule, qu’on retrouve par exemple matraquée sur Instagram près de deux millions de fois (avec le #zerowaste et le #zerodechet). La question se pose toutefois de savoir si cette amplification du phénomène est liée à une réelle prise de conscience de la crise environnementale ou si elle se situe du côté du buzz, à la manière du hand spinner et de Pokémon Go. L’enthousiasme associé à la tendance minimaliste et écoresponsable du zéro déchet est-il durable ? Le zéro déchet n’est-il qu’un "mouvement de bobos en transition" ?1

Pour répondre à ces questions, il va falloir plonger dans les annales du zéro déchet, pour comprendre ce qui a permis à un tel mouvement de s’étendre jusqu’à ce qu’il est devenu aujourd’hui. On s’intéressera aux acteurs principaux qui ont favorisé la popularisation du phénomène et aux actions qui se sont multipliées, tout en faisant un parallèle avec la prise de conscience collective du réchauffement climatique et de l’urgence d’agir.

Il s’agira de repérer dans cet aperçu historique de la première entreprise zéro impact jusqu’à l’avènement de la grande prêtresse du zéro déchet les différents indices de durabilité du mouvement. Ces indices nous permettront de déterminer si derrière le buzz Instagram des bocaux de verre et de l’atmosphère minimaliste se cache un simple effet de mode ou un véritable art de vivre. On évaluera ensuite la pérennité du mouvement en se penchant sur les résultats d’un mode de vie zéro déchet.

Lire la suite de la publication


1 Propos recueillis lors d’un échange informel entre collaborateurs du CPCP, 18 octobre 2018.


Adeline de Wilde est chercheuse au CPCP et membre du collectif z’Héros déchets.

Dernières publications
La grossophobie, une discrimination peu (re)connue - Douze lettres au Scrabble ne suffisent pas à gagner la partie de Maïa Kaïss

Entre violences institutionnelles et de genre - Regards sur les violences gynécologiques et obstétricales de Roxane Lejeune

Maltraitance dans les établissements pour personnes âgées - Peut-on parler de violences institutionnelles ? de Clara Van Der Steen

L’emprise des énergies fossiles en Belgique - Pourquoi la transition énergétique n’a pas lieu ? de Boris Fronteddu


Migration et habitudes alimentaires - Quand la consommation de produits locaux rencontre la multiculturalité belge de Louise Vanhèse

Les "thérapies de conversion" en Belgique - Récits d'un phénomène méconnu de Axel Winkel

Walkshop - Stimuler la créativité par la rencontre interdisciplinaire et la marche de Thierry Dethier

Quel statut social pour les travailleurs de plateforme ? - Les (potentielles) avancées en droit social européen et belge de Emma Raucent

Intersectionnalité | Partie 2 - Sa traduction juridique dans l'Union européenne et en Belgique de Emma Raucent