Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation
Accueil » Publications » Le zéro déquoi ?

Le zéro déquoi ?

Analyse n°358 de Adeline de Wilde - décembre 2018 Consommation durable


Zero Waste… zero what ? L’expression « zéro déchet », depuis les années 2010, connaît une popularité croissante. Mais que signifie exactement cette expression radicale et ambitieuse ? C’est la question au coeur de cette analyse : comprendre le phénomène dans son ensemble, les malentendus à son propos (qui a dit que le recyclage était une solution zéro déchet ?) et décrypter plus précisément les termes « zéro » et « déchet ».
Ainsi, derrière le « zéro » se cache une série de chiffres sur lesquels il est intéressant de se pencher. Quoi, moi, petit Européen, je produis près d’un kilo de déchet par jour ? Vraiment ? Pas étonnant dès lors qu’à sept milliards d’individus sur Terre, 200 kg de déchets soient déversés chaque seconde dans les océans… Et quand on parle de déchets, il faut être conscient que cela englobe parfois des réalités très différentes.
Sans plus attendre, lançons-nous dans le zéro dé…cryptage du phénomène !

Lire la suite de la publication


Adeline de Wilde est chercheuse au CPCP et membre du collectif z’Héros déchets.

Dernières publications
Faut-il se méfier des algorithmes ? de Hélène de Wasseige


Troubles DYS - Entre difficultés scolaires et véritables atouts de Marine Goethals

« Spitzenkandidaten » - Quand l’Europe en perd son latin de Jérôme Vanstalle

D’une pensée coloniale à une pensée du colonial ? - La question de la restitution des œuvres africaines issues de la colonisation de Aurélie Duvivier

Le PSC et les élections européennes du 10 juin 1979 - Analyse d'une campagne mouvementée de Thomas Smets

Eurosceptiques - Unis dans la diversité ? de Jérôme Vanstalle

Le changement climatique ? Oui - Le changement tout court ? Non de Alexia Thomas

Grève scolaire pour le climat - L’engagement des jeunes à l’épreuve de la démocratie de Axel Winkel

Modèle low-cost aérien - Le pilote automatique qui nous mène droit dans le mur de Solène Houzé