Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation
Accueil » Publications » Capteur de logements

Capteur de logements

Une nouvelle fonction sur laquelle miser ?

Analyse n°282 de Evelyne Lotte - décembre 2016 Lieux de vie et Espace public


Cette analyse a pour ambition de présenter et soutenir une nouvelle profession en phase de constituer un élément clé parmi les différentes pistes expérimentées pour trouver des solutions à la crise du logement.

Aujourd’hui, la crise du logement est un fait unanimement reconnu par l’ensemble de la société civile. Les raisons de cette crise qui s’est enlisée au fil des années, voire des décennies, sont multiples :

  • la pénurie de logements sociaux ;
  • le manque de moyens financiers, humains et politiques pour créer, augmenter et entretenir le parc immobilier social ;
  • le manque de volonté dans certaines villes d’investir dans le logement social et l’inévitable relégation des locataires sociaux dans des villes déjà saturées ;
  • le vieillissement du parc immobilier ;
  • le désintérêt chronique des pouvoirs publics face au vieillissement du parc immobilier privé et à son coût locatif prohibitif ;
  • la paupérisation croissante d’une part importante de la population qui accède de plus en plus difficilement à la propriété, voire à la location ;
  • un parc immobilier dormant, c’est-à-dire non occupé, loué ou mis en vente ;
  • la croissance démographique ;
  • le vieillissement de la population ;
  • les transformations sociologiques de la cellule familiale (divorces, familles recomposées…) nécessitant différents types de logements, du très petit pour les personnes isolées aux très grands logements pour les grandes familles ;
  • l’individualisation des droits qui pousse les allocataires sociaux à vivre seul au détriment des solidarités familiales.

Selon l’article 23 de la Constitution belge, "chacun a le droit de mener une vie conforme à la dignité humaine" 1. À cette fin, le constituant a prévu une série de droits économiques et sociaux parmi lesquels on retrouve "le droit à un logement décent".

Les pouvoirs publics, notamment en raison des politiques d’austérité actuellement appliquées, s’avèrent cependant incapables de répondre, seuls, à l’ensemble de ces besoins. Aussi, des solutions innovantes doivent être mises en place et il appartient à la société civile d’apporter sa pierre pour lutter contre le déficit de logements publics. La grande majorité des bâtiments susceptibles d’être mis en location appartiennent en effet à des propriétaires privés. Ces citoyens sont libres de disposer de leur épargne comme ils le souhaitent. À ce jour, le placement dans l’immobilier reste l’une des épargnes les plus sûres à long terme, notamment en raison de la plus value et de l’inflation immobilière. Le droit à la propriété étant un droit fondamental, dans un pays où les citoyens sont réputés comme étant nés avec une brique dans le ventre, un potentiel énorme est exploitable. Cependant, les freins à la mise en location restent importants et ce potentiel reste donc largement sous exploité.

Nous nous trouvons donc ici face à un hiatus : l’opposition de deux droits fondamentaux : celui du droit au logement contre celui de la propriété et de disposer librement de son bien.

C’est dans ce contexte particulièrement complexe et humainement difficile, où il semblait presque impossible pour une personne précarisée de décrocher un logement, que le Relais social de Charleroi a eu l’idée d’engager une personne dont la mission principale était de capter du logement en amenant des propriétaires à mettre leurs biens en location auprès de publics précarisés.

L’objet de cette analyse est de faire le point sur les tenants et les aboutissants de la fonction de capteur de logements. Qu’est-ce que c’est ? D’où ça vient ? Pourquoi et avec qui ? Est-ce efficace ? Quels sont les résultats ? Quels sont les freins et difficultés ? Quelles sont ses perspectives de développement ? Bien que de création récente, la fonction a, de fait, déjà fortement évolué et se redéfinit au quotidien dans des réalités locales et partenariales très différentes. Enfin, en guise de conclusion, nous tenterons de voir dans quelle mesure les pouvoirs publics peuvent soutenir et promouvoir le développement des capteurs de logements.

 

Lire la suite de la publication


1 Constitution belge : titre II des Belges et de leurs droits, art. 23 § 3.


Assistante sociale de formation, titulaire d’un master en politique économique et sociale, à finalité spécialisée en Analyse et évaluation des politiques, Evelyne Lotte est responsable de la thématique Lieux de vie et Espace public du CPCP.

Dernières publications
5G - Entre polar 2.0 et inquiétude sanitaire de Axel Winkel

Le cyberharcèlement de Marine Streel

Commencer de zéro... en politique - ou comment l'incinération du plastique à usage unique a mis le feu aux poudres de Adeline de Wilde

Jeux d'argent en ligne - Faiblesses des politiques publiques face aux dérives du secteur de Marine Keresztes

Faut-il se méfier des algorithmes ? de Hélène de Wasseige


Troubles DYS - Entre difficultés scolaires et véritables atouts de Marine Goethals

« Spitzenkandidaten » - Quand l’Europe en perd son latin de Jérôme Vanstalle

D’une pensée coloniale à une pensée du colonial ? - La question de la restitution des œuvres africaines issues de la colonisation de Aurélie Duvivier

Le PSC et les élections européennes du 10 juin 1979 - Analyse d'une campagne mouvementée de Thomas Smets