Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation
Accueil » Publications » Joëlle Milquet : une présidence à visage humain

Joëlle Milquet : une présidence à visage humain

Analyse n°118 de CPCP - août 2011 Citoyenneté et Participation


Après 12 ans de présidence à la tête du PSC et ensuite du cdH, Joëlle Milquet est et restera une figure incontournable du parti. Sa conviction, son engagement et son charisme ont été des atouts majeurs tout au long de son parcours. Mais ce qui ressort le plus au bout de ce chemin, c’est l’énorme travail fourni par la présidente pour servir son parti et pour répondre aux attentes de l’ensemble de la population belge.

À la veille de son départ, il est temps de faire le bilan de ce long mandat marqué par un grand nombre de faits politiques importants pour le pays. Tout commence en 1998 où, suite à la fin prématurée de la présidence de Charles-Ferdinand Nothomb, Joëlle Milquet accède à la présidence du parti en ticket avec Philippe Maystadt.

Si la présidence de Joëlle Milquet nous apparaît aujourd’hui comme une évidence, elle fut de nombreuses fois remise en question à l’époque. En 1999, Philippe Maystadt est propulsé à la présidence de la Banque européenne d’Investissement et Joëlle Milquet se retrouve seule à la tête du parti. Femme engagée, voulant rendre son parti plus moderne, elle va ignorer les critiques et prouver par son travail qu’elle a sa place à la tête du parti. Les événements politiques s’enchaînent par la suite. Il y aura l’adoption de la monnaie unique, les élections de 1999 qui plongent le PSC dans l’incertitude, la reconstruction du parti qui a suivi, le changement de nom en 2002, la remontée du parti avec l’accession de Joëlle Milquet à un poste ministériel en 2008 jusqu’à la crise politique qui nous touche actuellement. Durant cette décennie, le cdH et sa Présidente ont toujours répondu présents aux sollicitations politiques, ont assumé leurs responsabilités avec assurance et force, et se sont toujours attachés à défendre les idées démocrates-humanistes.

Aujourd’hui, il nous apparaît donc indispensable de se souvenir de tout le travail politique accompli par le parti et par la Présidente pour améliorer la vie des citoyens et citoyennes belges.

Lire la suite de la publication


Dernières publications
Faut-il se méfier des algorithmes ? de Hélène de Wasseige


Troubles DYS - Entre difficultés scolaires et véritables atouts de Marine Goethals

« Spitzenkandidaten » - Quand l’Europe en perd son latin de Jérôme Vanstalle

D’une pensée coloniale à une pensée du colonial ? - La question de la restitution des œuvres africaines issues de la colonisation de Aurélie Duvivier

Le PSC et les élections européennes du 10 juin 1979 - Analyse d'une campagne mouvementée de Thomas Smets

Eurosceptiques - Unis dans la diversité ? de Jérôme Vanstalle

Le changement climatique ? Oui - Le changement tout court ? Non de Alexia Thomas

Grève scolaire pour le climat - L’engagement des jeunes à l’épreuve de la démocratie de Axel Winkel

Modèle low-cost aérien - Le pilote automatique qui nous mène droit dans le mur de Solène Houzé