Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation
Accueil » Publications » Le burn-out

Le burn-out

Cahier du CPCP n°1 de Marie-Sarah Delefosse - octobre 2018 Famille, Culture et Éducation


Ce cahier rassemble en un seul document trois analyses portant sur ce que d’aucuns nomment le “ mal du siècle ”. Chacune de ces analyses se penche sur un aspect différent d’une problématique complexe, à la fois sensible et méconnue, tangible et mal comprise. Cette tentative de synthèse ne prétend pas à l’exhaustivité. Elle espère contribuer à nourrir utilement une réflexion globale, d’autant plus nécessaire qu’elle porte sur d’authentiques enjeux de société.

I. Le burn-out : un syndrome en soif de reconnaissance</h3

Tel un marronnier journalistique, la presse rend compte régulièrement des statistiques liées au burn-out, en augmentation constante d’années en années. Afin d’endiguer ce trouble et surtout l’absentéisme qui y est lié, la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique présentait, le 7 mai 2018, un projet pilote « burn-out » qui propose un accompagnement personnalisé aux travailleurs de secteurs à risque et reconnaît dans le même temps que ce trouble est lié au travail. Car c’est tout le paradoxe de ce syndrome, connu de tous, mal du siècle pour certains, et pourtant en soif de reconnaissance auprès des communautés médicale et politique. Le burn-out ne serait-il qu’un mythe ? À la suite de ce questionnement, cette analyse se penche sur le burn-out professionnel : ses caractéristiques, ses causes et conséquences, mais aussi l’enjeu social que cache ce syndrome si répandu. Lire la publication

II. Le burn-out parental : une histoire d’équilibre…</h3

L’aventure de la parentalité n’est pas de tout repos, personne ne dira le contraire. Pourtant, quels parents osent dire que leurs enfants les exaspèrent, qu’ils n’en peuvent plus et souhaiteraient échapper à cette vie familiale qu’ils exècrent ? Bien peu. Surtout dans notre société occidentale qui érige la parentalité au rang de « plus beau métier du monde » et qui ne montre que le bonheur qu’apporte la naissance d’un enfant. Entendons-nous bien, devenir parent est une véritable source de bonheur, mais aussi… de stress ! Et on ne le dit pas assez. Or, l’être humain ne peut pas éternellement résister au stress. L’accumulation de facteurs de stress l’épuisera, l’amènera à « craquer ». Les facteurs de stress parentaux sont nombreux et minimisés : le parent se retrouve souvent seul pour les gérer. Jusqu’au jour où il n’en peut plus et craque, en arrivant à ne plus supporter ses enfants. C’est ce qu’on appelle le burn-out parental. Très peu connu, son incidence n’en est pas moindre pour autant, puisqu’on estime qu’en Belgique, 5 à 8 % des parents – environ 150 000 personnes – sont concernés par ce type de burn-out. Cette analyse propose dans un premier temps de décrypter ce syndrome peu connu, puis dans un second temps une réflexion autour de l’évolution de la parentalité et de ses conséquences sur les parents d’aujourd’hui. Lire la publication

III. Le burn-out : symptôme du malaise de notre société</h3

Le burn-out, sous toutes ses formes, ainsi que l’ensemble des troubles liés au stress, sont l’un des grands maux de notre siècle. En juin 2018, la ministre de la Santé publique a présenté un appel à projets pour une prévention intégrée des affections mentales liées au travail, ainsi qu’une version intermédiaire du plan de prévention qu’elle souhaite mettre en place. Si, à première vue,
ce plan semble un excellent outil pour aider à endiguer les affections mentales telles que le burnout, force est cependant de constater que, malgré les apparences, ce plan ne s’attaque pas au coeur
du problème : notre modèle économique et sociétal – individualisme, culte de la performance, (sur)consommation – qui nous épuise. On peut dès lors craindre que ce plan ne soit au final qu’un
pansement sur une plaie béante, un moyen de maintenir les personnes au travail plus longtemps et de rendre les individus adaptables (si ce n’est adaptés) au monde du travail, et ce dès leur plus
jeune âge. Lire la publication

Lire la suite de la publication


Marie-Sarah Delefosse est titulaire d’un master en sciences psychologiques à orientation « organisation, travail et société ».

Dernières publications
La complexe articulation des temps sociaux - Concilier travail et famille, un enjeu structurel et politique inachevé ? de CPCP



Tourisme durable - Un tourisme aux multiples facettes de Solène Houzé


Tourisme durable - Ou la nécessité de repenser le tourisme dans le contexte actuel de Solène Houzé


Vers une reconnaissance des droits de la nature ? - Le projet de loi climat belge de Denis Linckens

L’agenda européen des migrations - Au croisement du régime d’asile et du contrôle des frontières extérieures de Mathilde Van Roost

Parcours du débutant, parcours du combattant - Jeunes profs en décrochage scolaire de Marine Goethals